About us

Our Commitments

Parties & Partners

News

Structure

Network

Internal Organization

People

Events

Stay In Touch

Job Opportunities & Traineeship

Agriculture intelligente : une nourriture sûre, une gestion des terres durable et des emplois pour les régions rurales

Résolution adoptée par le Congrès du PPE, à St Julian's (Malte), 29-30 mars 2017

Le Parti populaire européen (PPE) a toujours été fier de la manière dont les agriculteurs européens contribuent à notre qualité de vie. Ils sont le coeur des sociétés rurales et le moteur de la croissance de ces régions. L’agriculture est source d’emplois et de carrières, en particulier dans les zones rurales, et fournit la nourriture dont notre société a besoin. Le travail acharné de nos agriculteurs est très respecté et leurs produits sont appréciés dans le monde pour leur exigence et leur tradition de la qualité. Les exploitations agricoles européennes de petite taille et de taille moyenne sont néanmoins soumises à une pression grandissante afin que leurs modèles de production deviennent plus compétitifs pour survivre sur le long terme.

Au sein du PPE, nous nous attachons à créer les conditions à long terme propices à un tel avenir. Nous sommes déterminés à offrir un avenir juste et respectable à nos agriculteurs, et aux zones rurales. Nous voulons mettre en place un écosystème économique stable au sein duquel l’agriculture européenne non seulement s’épanouira mais connaîtra en outre la croissance. Nous nous engageons à garantir que les services essentiels fournis par l’agriculture, à la société humaine et à l’environnement naturel continuent à respecter nos normes exigeantes tout en répondant à nos besoins. Nous croyons que l’agriculture européenne représente une valeur ajoutée indispensable pour l’ensemble de l’Europe, mais que des mesures décisives vers une agriculture plus durable sont nécessaires afin de garantir que cet aspect essentiel de l’économie rurale demeure sain et viable. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place une politique agricole commune forte, stratégique et progressiste.

La croissance numérique : transformation vers une agriculture intelligente et durable

Le PPE soutient une évolution rapide vers une croissance agricole durable en généralisant l’utilisation des technologies agricoles numériques. L’agriculture de précision constitue une approche de gestion agricole à part entière. Elle dégage des solutions sur la base d’une meilleure gestion des intrants et, au final, des besoins culturaux réels et mesurés. Des technologies telles que les systèmes de positionnement satellite (GPS), la détection à distance et la surveillance des sols, peuvent permettre de collecter et de traiter les informations nécessaires afin de connaître l’état de chaque centimètre de l’exploitation. En utilisant ces données transformées, les agriculteurs pourront optimiser leurs tâches quotidiennes et tirer pleinement parti de leur temps et de leurs ressources. Ils pourront exploiter chaque détail, comme la sécheresse du sol, la détection précoce du développement de maladies culturales, etc., et leurs activités n’en seront que plus durables et profitables.

Le haut-débit pour les ruches : l’exploitation agricole comme plateforme

L’accès à l’information en temps réel est de plus en plus essentiel pour les agriculteurs, qui peuvent à présent connecter leurs machines modernes au nuagique. L’indice de l’économie et de la société numérique de la Commission européenne montre que le haut débit est disponible dans 71 % des foyers européens, mais uniquement dans 28 % de ceux des zones rurales. Le haut débit mobile, telle que la 4G, atteint 86 % des foyers européens mais uniquement 36 % dans les zones rurales. Il faut mettre en place des infrastructures de connectivité à haut débit fiables et abordables sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne afin d’encourager une transformation vers l’agriculture numérique de nouvelle génération. Sans connectivité suffisante, il est difficile, parfois même impossible, pour les agriculteurs d’utiliser leurs nouvelles applications à plein potentiel. Le PPE soutient le travail actuel de la Commission européenne au sein du marché unique numérique et encourage les États membres à s’attacher à la mise en oeuvre de cette stratégie, en assurant la connectivité la plus avancée partout dans l’Union et en comblant le fossé numérique entre zones urbaines et rurales. Le PPE encourage la Commission européenne à poursuivre son travail sur le développement rural et sur les initiatives de villages intelligents, afin d’encourager la croissance et les emplois dans les zones rurales, de permettre aux entreprises de rester compétitives, d’intégrer les zones rurales dans l’économie en général et de renforcer l’attrait des communautés rurales. Cela devrait également bénéficier aux agriculteurs des zones plus défavorisées, en particulier les régions de montagne, où les infrastructures sont souvent moins développées et l’interconnectivité peut être un facteur important.

Compétences numériques : catalyseurs de futurs modèles agricoles

Afin de concrétiser la transformation numérique dans le monde agricole, il faudra disposer du savoir-faire numérique permettant de tirer le meilleur parti des technologies d’ingénierie de précision. Dans la mesure où seuls 8 % des agriculteurs de l’Union européenne sont âgés de moins de 35 ans, le transfert de connaissances est prioritaire. Le PPE encourage la mise en place de programmes de formation dans le cadre de la nouvelle stratégie pour les compétences en Europe et de la coopération sectorielle sur les compétences. Ces programmes montreront aux agriculteurs comment utiliser au mieux les nouvelles technologies, gérer le plus efficacement leurs terres et mettre en place les types de modèles d’entreprise rurale rendus possibles par les nouvelles technologies. Tout ceci rendra les exploitations agricoles européennes plus compétitives et durables et renforcera l’influence des agriculteurs sur les prix tout en étant propice à la sécurité alimentaire, en protégeant du changement climatique et en encourageant la croissance et les emplois dans les zones rurales.

Gain de cerveaux : attirer les nouveaux talents vers les zones rurales et révolutionner notre image de l’agriculture

Travailler sur une exploitation agricole est un engagement admirable. Jour après jour, les agriculteurs se lèvent tôt et investissent des heures de dur labeur afin de gérer leurs champs ou leur bétail. En exploitant la connectivité et en utilisant davantage les technologies de l’information et de la communication sur les exploitations agricoles, l’industrie agricole évolue, de même que l’organisation quotidienne des agriculteurs. Ainsi, l’agriculture de précision permet d’atteindre les mêmes niveaux de productivité tout en limitant la main-d’oeuvre requise. À leur tour, les agriculteurs peuvent se focaliser davantage sur le suivi et la gestion de leurs terres ou de leurs bêtes ; cela allège la charge de travail physique et améliore la qualité de vie de ceux qui travaillent sur l’exploitation. Des évolutions de ce type rendent également l’agriculture en tant que telle plus attrayante : l’agriculture comme carrière pourrait donc être considérée non seulement comme une profession traditionnelle, mais également comme une opportunité d’emploi. Elle pourrait alors attirer de nouveaux talents au sein des communautés urbaines surpeuplées et améliorer le niveau de vie et les perspectives d’emploi dynamique à la campagne. Étant donné que plus de la moitié des agriculteurs sont actuellement âgés de plus de 55 ans, il faudra de plus en plus attirer de jeunes talents afin de garantir la viabilité économique à long terme du secteur.

Selon le PPE, l’accès à d’autres infrastructures, telles que l’éducation et les soins de santé, des transports, des zones commerçantes et des activités culturelles et sociales de qualité, joue également un rôle central afin de rendre les zones rurales plus attrayantes. En outre, nous insistons sur la nécessité d’organiser des campagnes de représentation publique afin d’améliorer l’image de l’agriculture, en montrant le côté positif d’une carrière dans un secteur qui n’est pas souvent décrit comme le terrain de prédilection des jeunes.

De nouveaux moyens de connexion pour de meilleurs rendements

Les gains de temps apportés par l’automatisation des exploitations agricoles permettront aux travailleurs agricoles de s’impliquer plus activement au sein de leurs communautés locales. Le partage de données entre voisins, par exemple au sein d’une coopérative ou d’une association agricole, peut renforcer la prévisibilité et la planification. De telles informations peuvent contribuer à améliorer la qualité et les rendements sur chaque exploitation, ce qui contribuera à augmenter les revenus des agriculteurs et les rendra plus stables.

Une approche collaborative peut jouer le rôle d’une mise en commun des connaissances, en sensibilisant à la valeur ajoutée du déploiement de nouvelles technologies telles que l’agriculture de précision. Cette approche peut fournir les outils nécessaires à l’investissement dans la modernisation des exploitations agricoles. Elle pourrait alléger la charge administrative des agriculteurs en les aidant à trouver des voies de co-financement adaptées, voire même à gérer le travail administratif. Par ailleurs, une association ou une coopérative agricole peut être l’organe faîtier qui proposera des formations nécessaires aux agriculteurs : par exemple, comment optimiser le nouvel équipement ou les nouveaux instruments dont ces agriculteurs, ou leurs coopératives, ont fait l’acquisition. Le PPE invite au co-financement de ces programmes de formation spécifiques pour les communautés locales avec des fonds européens.

Les agriculteurs en tant qu’innovateurs et entrepreneurs

En sa qualité de secteur multifonctionnel, l’agriculture assume aujourd’hui plusieurs rôles au sein des communautés rurales. Les coopératives d’associations d’agriculteurs peuvent servir de forum au sein duquel les agriculteurs pourront échanger leurs idées. En s’appuyant sur leur coopération et leur esprit novateur, les agriculteurs amélioreront les performances et la capacité d’adaptation de leurs techniques d’agriculture de précision. De plus, ils pourront eux-mêmes inventer de nouvelles applications, qui renforceront la productivité de leur communauté locale. Un agriculteur peut donc contribuer activement au développement de machines agricoles locales sur mesure. En étant en contact, les agriculteurs peuvent également mettre au point des stratégies entrepreneuriales et de marketing afin de promouvoir leurs innovations.

Le PPE estime que de telles innovations agricoles basées sur les données peuvent être en tête de liste du financement de la recherche liée à l’agriculture dans le contexte du partenariat européen d’innovation pour la productivité et le développement durable de l’agriculture d’Horizon 2020. La participation des agriculteurs aux nouvelles coopératives agrotechnologiques et les données collectées lors de leur mise au point technologique encourageront plus avant la recherche et l’innovation au niveau régional et local. Non seulement elles contribueront à combler l’écart entre la recherche et la pratique, mais elles permettront de créer des emplois au sein des communautés locales partout en Europe, notamment dans le domaine de la recherche et du développement, ce qui contribuera à intégrer les zones rurales dans l’économie en général.

Une autre manière pour nos agriculteurs de mettre à profit les nouveaux modèles d’entreprise consiste à s’adresser directement aux clients sans passer par des détaillants. En mettant en place leurs propres plateformes numériques, ces modèles permettent aux consommateurs de choisir directement leur propre producteur local. Non seulement les emplois et la diversité des entreprises dans le secteur agricole seront plus larges, mais les monopoles et leurs effets négatifs sur le marché seront également limités. Pour les exploitations familiales de petite taille et de taille moyenne, c’est assurément une bonne chose.

Croissance à l’échelle : pourquoi passer au numérique 

Alors que l’agriculture intelligente et durable est déjà pratiquée dans certaines régions d’Europe, la question de savoir comment les agriculteurs de l’Union peuvent se permettre d’acquérir l’équipement de haute technologie pour travailler à plus grande échelle demeure préoccupante. En tant que système intensif en capital nécessitant des investissements directs importants, l’agriculture numérique nécessite que les décideurs politiques y prêtent rapidement attention afin de mettre en place les conditions propices à son déploiement généralisé. Le Parti populaire européen encourage ces bonnes pratiques et appelle à accorder aux agriculteurs des dotations financières plus importantes, qui leur permettraient de faire leurs achats et d’adopter les nouvelles pratiques de production aussi rapidement que possible. Le PPE estime que le Fonds de cohésion pourrait permettre à l’Union européenne le combler les écarts entre États membres.

Tant les agriculteurs que leurs organisations doivent être solidement financés pour faciliter le développement et le transfert de technologies agricoles. Le PPE soutient également le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), qui vise particulièrement à encourager la transformation numérique dans le secteur agricole. À travers des partenariats public-privé, l’adoption des nouvelles technologies et les performances des systèmes d’innovation agricole s’amélioreront. De nouveaux investissements peuvent être davantage promus en transférant des technologies d’autres secteurs, tels que les sciences informatiques ou la robotique. En montrant les avantages comparatifs aux premiers adeptes de l’industrie agricole et en démontrant les résultats positifs d’une adoption précoce, on encouragera un investissement plus large.

Une croissance toujours plus verte

Le modèle agricole européen, en particulier l’agriculture artisanale, s’appuie sur la planification intergénérationnelle et la durabilité, qui préservent les ressources naturelles pour les générations futures. Face au changement climatique, mais également aux crises mondiales futures, la sécurité alimentaire est devenue une nécessité stratégique et passe par un secteur agricole florissant en Europe. Le PPE est fermement persuadé qu’en créant les conditions propices à l’intégration de ces nouvelles techniques, les technologies agricoles pourront contribuer à relever des défis pressants tels que la durabilité et la sécurité alimentaire, la préservation des habitats naturels et la protection des campagnes. Ces dernières années, les émissions globales de la production agricole ont connu un net recul. Pourtant, l’agriculture moderne utilise toujours les ressources de manière non durable et est responsable d’environ 10 % des émissions de gaz à effet de serre totales de l’Union européenne. Conscient de l’impact environnemental du secteur agricole, le PPE est fermement convaincu que la numérisation de l’agriculture est également un moyen efficace de décarboniser le secteur.

En collectant de grands volumes de données sur les rendements culturaux, la cartographie des sols, la météorologie, les machines, l’épandage d’engrais et la santé animale, les systèmes de gestion numérique des exploitations agricoles peuvent aider les agriculteurs à mieux contrôler et prédire le développement végétal et animal. Des détecteurs de contrôle peuvent informer les gestionnaires d’exploitation des besoins exacts de toute plante ou animal, ce qui rendra les interventions plus précises. Par la suite, les exploitations peuvent optimiser leurs coûts de production en réduisant la consommation d’eau et l’utilisation d’engrais, en prévenant mieux les épidémies et en augmentant au final leurs rendements. Elles peuvent en outre intensifier la production de nourriture sûre et saine de bonne qualité, à un prix compétitif, afin de répondre aux besoins d’une population en plein essor. L’empreinte environnementale sur la chaîne de valeur diminuera et la biodiversité sur les exploitations et dans les zones qui les entourent augmentera. La pollinisation et le contrôle naturel des nuisibles s’en verront renforcés et le ruissellement ou la perte de nutriments naturels du sol seront limités. 5

Les technologies aident également les agriculteurs à gérer les paysages naturels les plus affectés par les processus naturels, tels que l’altération et l’érosion, grâce à des interventions humaines comme des barrages et des digues. La protection de nos paysages renforcera notre sécurité et réduira les risques pour tous.

Cueillir les fruits de nos efforts et créer de l’emploi

L’économie rurale future dépendra de plus en plus de la numérisation et de la connaissance, alors que les agriculteurs tireront pleinement parti de la transformation numérique observée dans le monde pour renforcer une production durable. Le Parti populaire européen est convaincu que les nouvelles technologies et leur adoption par les agriculteurs de l’Union européenne sont les principaux moteurs de la compétitivité agricole européenne. Conscients de la valeur ajoutée de communautés agricoles novatrices et durables pour notre société, tant pour les agriculteurs que pour les consommateurs, les campagnes et l’environnement, nous croyons qui faut promouvoir une approche systématique de l’agriculture durable au sein de l’Union européenne, avec de nouveaux modèles d’économie de plateforme dans le secteur agricole.

La création de nouveaux emplois pour l’agriculture du 21e siècle — dans l’éducation, la recherche et le développement, la gestion des terres et le long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire — garantira une subsistance décente aux agriculteurs et améliorera le bien-être des citoyens des zones rurales et des zones urbaines toutes proches. Après tout, l’activité agricole, à l’instar de toute autre entreprise, doit être économiquement viable : elle doit pouvoir rémunérer équitablement ses employés, internaliser ses coûts d’investissement dans les nouvelles technologies et inclure la maintenance ou la réparation future des instruments technologiques, tout en permettant aux agriculteurs de gérer une entreprise florissante. Pour le Parti populaire européen, les citoyens ordinaires doivent pouvoir cueillir les fruits des politiques agricoles européennes. C’est là notre vision d’avenir d’une agriculture intelligente et durable.